Créer mon blog M'identifier

Un gâteau au lait de coco et au citron

Le 24 janvier 2018, 10:25 dans Cuisine 0

Depuis toute petite, j'a-do-re le citron. A tel point qu'enfant, tandis que les autres demandaient un gâteau au chocolat à notre grand-mère pour leur anniversaire, je lui demandais son gâteau à la crème de citron dont elle acceptera un jour de me donner la recette mais elle ne le sait pas encore.

Source : pixabay.com par karolyn83 

Adulte, j'ai rencontré M. Cacao qui, dans le jardin familial, a un citronnier. Hasard ? Je ne crois pas !

Ayant eu la chance d'en avoir cet hiver, je me suis re-lancée dans un gâteau au lait de coco et au citron. Cette recette est l'aboutissement de plusieurs tests. En voici la version définitive.

Les ingrédients 

- 2 oeufs

- 80 grammes de sucre

- 20 centilitres (environ 200 grammes) de lait de coco

- 100 grammes de beurre fondu (mais non c'est pas gras)

- 175 grammes de farine

- 1 sachet de levure chimique

- 1 gros citron ou 2 petits citrons non traité(s)

- 3 cuillères à soupe de sucre glace (facultatif)

Avertissement

A la maison, nous mangeons tous deux peu sucré. Si vous avez la dent sucrée, n'hésitez pas à augmenter un peu la quantité de sucre.

Préparation 

Préchauffer le four à 180 degrés  (thermostat 6).

Mettre le beurre à fondre.

Mélanger les oeufs et le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter et mélanger le lait de coco et le beurre fondu.

Ajouter et mélanger la farine et la levure chimique. 

Zester le(s) citron(s). Ajouter au mélange.

Beurrer un moule et enfourner pour 25-30 minutes.

Pendant la cuisson, presser le(s) citron(s) et mélanger le jus obtenu et le sucre glace. Faire la vaisselle.

A la fin de la cuisson, recouvrir le gâteau de ce mélange et le laisser dans le four éteint quelques minutes, puis le sortir.

Démouler froid et déguster !

PS : Je voulais illustrer cet article avec une photographie personnelle... mais le gâteau n'a pas vécu assez vieux pour que j'ai le temps de me poser pour le prendre en photo !

De la colère à la sérénité.

Le 18 janvier 2018, 11:50 dans Humeurs 0

Âgée de 25 ans, j'ai plus d'une douzaine d'années d'expérience en matière de colère. Ma jeune adolescence ayant été bouleversée par de graves problèmes familiaux, j'ai peiné à me construire harmonieusement. Pendant que mes amis et camarades faisaient leur crise d'adolescence, je m'occupais de mes proches. J'étais assaillie d'émotions que j'étais incapable de gérer : la tristesse, la colère, la rancoeur, la culpabilité, l'angoisse, la honte, le regret. Manquant de temps pour gérer ce "bouillon d'émotions", j'ai fini par ne plus ressentir que la colère.

Peu importe si je passais un bon moment, je sentais toujours cette colère gronder, au chaud, au creux de mon ventre. Au début, je la ressentais péniblement, avec force. Rapidement, je m'y suis tellement habituée qu'elle m'a semblé faire partie de moi et que je ne l'ai plus remarquée.

Il y a cinq ans, j'ai rencontré Monsieur Cacao, qui s'est immédiatement étonné de me découvrir colérique, explosive, à fleur de peau. Ses encouragements m'ont poussée sur la voie de l'introspection.

Ma colère m'est redevenue apparente. Je la sentais de nouveau, tapie, prête à ressurgir à la moindre occasion. Et j'ai eu peur. Je n'ai pas voulu m'en occuper. Je ne savais plus qui j'étais sans elle. Et si, sans elle, je n'étais qu'une coquille vide ? Et si, sans elle, j'étais brisée, incapable d'avancer ?

Cette année, j'ai profité des vacances d'hiver pour faire le point sur ma vie. Sur le papier, ma vie est parfaite. Pourtant, je me sens mal. Pourquoi ?

Quelques jours après ce constat, j'ai pris le temps de me poser la question au cours d'une séance de méditation. La réponse m'est apparue comme une évidence. Bien sûr, comme je le répète depuis des années, je peux avancer dans la vie, même avec des valises. Il n'empêche que, sans, je me sentirais plus légère.

Je me suis avouée être fatiguée de souffrir, de me sentir liée à mon vécu par de lourdes chaînes. Alors j'ai décidé qu'il était temps de me détacher du passé pour vivre pleinement l'instant présent. Peu importe ce à quoi je ressemble sans ma colère, ça ne peut pas être pire qu'avec.

Je suis sortie de mon état méditatif et j'ai pleuré comme jamais. Longtemps. Parfois de soulagement, parfois de tristesse, parfois de joie, parfois sans savoir pourquoi exactement. C'était comme si toutes les émotions que je m'étais interdit de ressentir jusqu'alors jaillissaient tout à coup.

Les larmes ont cessé. Je me sentais épuisée. Le reste de la journée m'a paru brumeux.

Après une bonne nuit de sommeil, je me suis éveillée changée. Je ne bouillonnais plus de colère. Je ne sentais plus l'angoisse m'étreindre. Je ne sentais plus mon eczéma me démanger.

Je suis sereine. Enfin.

Une nouvelle vie commence pour moi.

 

Source photographie : pixabay.com par Quangpraha

 

Je me lance dans un défi photographie.

Le 4 janvier 2018, 23:47 dans Humeurs 0

Il y a 10 ans, je m'offre mon premier appareil photo : un numérique compact, un bon appareil "grand public" pour l'époque. Je suis ado, je m'en sers surtout pour faire des photos souvenirs et j'en suis satisfaite.

Il y a 2 ans, je mesure combien le numérique vieillit mal. TRES MAL. Au développement, je suis extrêmement déçue par le rendu des photographies.

Il y a un peu plus d'un an, Monsieur Cacao me propose de m'offrir un nouvel appareil, un bridge ou un réflex. J'opte pour le bridge, qui me semble idéal pour se faire la main sans devoir se promener avec une tonne de matériel.

Source : pixabay.com par Alexas_Fotos

Avec ce nouvel appareil, j'ai toujours envie de faire des photos souvenirs mais aussi des photographies plus artististiques... sauf que je n'ose pas me lancer ! C'est un cercle vicieux constant chez moi : je n'ai pas l'âme créatrice donc je n'ose pas me lancer. Donc je ne crée jamais rien. Je n'en suis que davantage certaine de ne pas être une artiste et j'ose encore moins me lancer.

Je détecte rapidement ce travers alors, pour me motiver, début 2017, je cherche à rejoindre une communauté. Sur Facebook, j'entame avec des milliers d'autres internautes (et un an de retard) le Dogwood Challenge 2016 dont j'adore le principe : chaque semaine, une photographie sur un thème donné, avec un cycle une semaine portrait / une semaine paysage / une semaine artistique. Ce défi est conçu pour s'améliorer en photographie et a donné naissance à des éditions plus avancées, en 2017 et en 2018.

Je perds pied très vite. Pour les portraits, j'ai peu de personnes disposées à poser, je n'ose pas photographier des inconnus et mon chien se lasse rapidement de jouer les modèles. Pour les paysages, notamment naturels, quand on fait métro-boulot-dodo, c'est compliqué. Pour les épreuves artistiques, à la limite, je m'amuse... puis je pâlis en me comparant aux autres (se comparer, c'est maaaaal !).

Au départ, j'avais choisi ce défi en pensant aimer être guidée, aimer suivre un chemin fait pour que je m'améliore mais... Non. Cela brise ma spontanéité et, frustrée, je ne sors finalement que très peu mon appareil.

Pour 2018, l'envie de me lancer dans un défi photo me reprend, avec dans l'idée de rester dans quelque chose d'assez libre. Immédiatement, je pense au défi photo proposé sur le blog cestquoicebruit que je suis régulièrement. En 2017, je ne m'y étais pas lancée car "il se passe surtout sur Instagram et je n'y suis pas inscrite et je ne veux pas m'inscrire sur un énième réseau social qui pompera mon temps et mon énergie et me donnera envie de me comparer" (à dire très vite et sans respirer). Et finalement... pourquoi pas ? Ce soir, j'ai donc créé mon compte Instagram pour participer au défi. Il n'est jamais trop tard pour être djeun (oui, je suis comme le numérique, je vieillis mal. TRES MAL.).

J'espère oser me lancer pleinement dans ce défi. Arriver à me dire que tant pis si mes photos sont quelconques. Ou moches. Tant pis si je ne suis pas une artiste. Tant pis si elles ont des défauts que je refuse de retoucher parce que je n'aime pas l'illusion. Tant pis si je les fais à l'arrache, en fin de semaine, parce que j'ai failli oublier.

Si je m'y tiens, je tâcherai de venir poster également ici ma photo de la semaine :-) éventuellement en version non carrée, d'ailleurs, car c'est une particularité d'Instagram avec laquelle je risque de peiner...

Et toi, tu as un défi photo sur le feu ?

Voir la suite ≫