J'ai un passif avec la colère. Monsieur Cacao pourrait vous en parler. Au début de notre relation, je piquais des crises. Tout le temps. Pour des broutilles. Avec le temps, j'ai compris que, peinant à distinguer mes émotions négatives les unes des autres, dans ce pêle-mêle, c'était la colère qui prenait l'ascendant. Je me demande comment il a eu la patience de me supporter et je pense qu'il se pose la même question.

 

Source : pixabay.com par ijmaki

 

Aujourd'hui, à l'université, j'ai eu un oral avec deux professeurs, l'un neutre, l'autre odieux à tel point que j'ai envisagé de le découper en morceaux et de maquiller ça en suicide (si, si). Je suis restée calme pendant l'oral mais j'en suis sortie fébrile, patraque, très en colère.

 

La colère, c'est une émotion généralement destructrice. Avec le temps, j'ai pris l'habitude d'utiliser 5 astuces pour la gérer. Je vous les livre aujourd'hui.

 

Astuce n°1 : se défouler.

A chaque fois que j'ai battu mon record de longueurs à la piscine ou de nombre de squats... J'étais en pétard ! Faire du sport, ça défoule, ça apaise, ça détend et, se dépasser, c'est bon pour le moral.

 

Astuce n°2 : s'exprimer.

Beaucoup d'artistes créent mieux dans le chaos que dans l'ordre. Se lancer dans une activité créatrice en étant en colère aide à se canalyser... et peut donner des résultats surprenamment bon ! Pas l'origami. J'ai tenté l'origami en colère... Papiers par terre, sur la table et dans les cheveux garantis.

 

Astuce n°3 : se poser les bonnes questions.

Quand je sens la moutarde me monter au nez, la première question que je me pose est : "Ma colère est-elle justifiée ?".

 

Si je réponds "Oui", ma colère me permet d'en apprendre davantage sur mes limites et mes valeurs et de davantage les prendre en compte dans ma vie par la suite.

 

Si je réponds "Non", je cherche à comprendre pourquoi diable je suis en colère. Il peut s'agir d'un malentendu, d'une accumulation de frustrations (le fameux coup du "Je suis une cocotte minute, je monte en pression puis j'explose"), etc. Il est important d'identifier les causes pour mieux les combattre à l'avenir.

Astuce n°4 : prendre soin de soi.

Cette astuce est la plus compliquée à appliquer, en ce qui me concerne. Quand je sens la colère monter en moi, je m'imagine que je me mets en pause. Littéralement. J'inspire, j'expire. Si je le peux, je m'isole, je médite et je suis détendue comme jamais.

 

Astuce n°5 : ne pas se focaliser sur ce qui ne va pas.

Quand on est en colère (ou triste), on a tendance à se focaliser sur ce qui ne va pas... et c'est précisément le moment de se rappeler de ce qui va bien !

 

Par exemple, aujourd'hui, je suis sortie de mon oral le moral dans les chaussettes dépitée. Je n'arrêtais pas de penser : "De toute façon, je cumule les échecs." Puis j'ai pris la peine de prendre du recul et, après réflexion, si j'ai mes déboires comme tout le monde, objectivement, j'ai plus de succès que d'échecs. Et ça m'a rendu le sourire !

 

Et toi, tu en es où avec ta colère ? Tu as des trucs pour la gérer ?