Quand j'étais jeune adolescente, je rêvais d'être majeure pour pouvoir conduire, voter et... donner mon sang ! Je peux comprendre que ce souhait semble curieux mais il s'est toujours agi d'une évidence pour moi.

Crédit photo : photographie personnelle

Aujourd'hui, j'ai effectué mon onzième don de sang total. Il m'a donné envie de vous parler de cet engagement qui me tient à coeur. Je ne souhaite pas écrire un article informatif ou descriptif. Vous trouverez de biens meilleures informations sur le site officiel de l'Etablissement Français du Sang ou EFS pour les intimes.

En revanche, j'ai eu envie de vous parler de ce que le site de l'Etablissement Français du Sang ne vous dira jamais, de vous parler du don du sang au-delà des éléments factuels, de la façon dont je le vis et le perçois.

Ne vous dîtes pas "Je n'y vais pas, j'ai peur de ne pas aller jusqu'au bout."

Vous êtes libres de repartir à tout moment sans que personne ne vous le reproche. Vraiment. Les professionnels de santé dans les établissements de don du sang sont très compréhensifs. Ils respecteront votre choix d'arrêter quand vous voulez, que ce soit avant ou pendant le don.

Vous ne vous sentez tout de même pas à l'aise avec l'idée de rebrousser chemin ? Vous pouvez accompagner un donneur parmi vos amis, votre famille. Une bonne occasion de voir si, vraiment, vous ne le sentez pas ou si, finalement, ça n'a pas l'air si terrible. Là encore, les équipes médicales ne voient pas d'inconvénient à la présence d'un observateur (un, pas dix évidemment !) tant que, bien sûr, il se comporte correctement.

Ne vous offusquez pas en lisant le questionnaire pré-don.

Avant le don, on vous donne un questionnaire à remplir. Son objectif est d'évaluer le risque que vous soyiez porteur d'une maladie, d'une infection ou autre, qui pourrait être dangereuse pour celui qui recevrait votre sang. Une fois le questionnaire rempli, vous rencontrez un médecin qui estime si, en fonction des réponses, votre don présente un risque ou non. Par exemple, un médecin m'a déjà refusé l'accès au don parce que j'avais fait un détartrage une semaine plus tôt.

Certaines questions choquent parfois les personnes qui viennent pour la première fois, comme celles concernant la sexualité. Ne vous offusquez pas et répondez sincèrement. Les médecins jugeront le risque que représente votre don, sans vous juger, vous.

Assumez vos choix.

Jusqu'ici, on dirait que les professionnels de santé dans les établissements de don du sang sont des Bisounours. C'est généralement le cas mais, comme partout, il y a des fruits pourris.

Avec le questionnaire vous est distribuée une fiche qui vous demande si, si votre sang ne pouvait pas être transfusé pour une raison X, Y ou Z, vous autoriseriez son usage pour de la recherche, pour participer à la fabrication de réactifs pour les prises de sang, etc. Personnellement, je refuse. Je vous détaillerai pourquoi si cela vous intéresse. Une fois, un médecin m'a fait un discours paternaliste et a un peu essayé de me forcer la main pour que je l'autorise. J'ai tenu bon et refusé. Il ne faut jamais oublier que c'est VOTRE sang, VOTRE don et qu'il vous appartient de le vivre comme VOUS voulez, en accord avec vos convictions. C'est VOTRE droit le plus strict.

Profitez de ce moment de convivialité.

Le don du sang, c'est un moment de convivialité entre donneurs et avec le corps médical.

Les donneurs discutent entre eux avant, pendant et après le don.

Les infirmiers vérifient que tout se passe bien. Ils n'hésitent pas à proposer l'arrêt d'un don qui leur semble fatiguer ou stresser le donneur. Ils sont à l'écoute. Ils discutent, blaguent, détendent l'ambiance.

A la fin, il y a une collation ! Et on vous chouchoute...

Après le don, il faut s'hydrater et se nourrir. Un temps de pause et de collation doit obligatoirement être respecté sur place. Les équipes qui s'occupent de distribuer les repas sont elles aussi généralement adorables, à l'écoute des préférences des uns, des autres, attentives à l'état des donneurs en train de récupérer, etc.

Une fois, une dame m'avait fait un café au lieu d'un chocolat chaud. Je n'avais rien dit mais elle s'en était rappelée et m'avait apporté un chocolat chaud, avec un carré de chocolat en train de fondre sur le dessus. J'avais trouvé ça tellement attentionné de sa part !

Et toi, tu donnes ton sang ? Pour toi aussi, ça se passe comme chez les Bisounours ?

Si tu as des questions ou des remarques sur le don du sang, je serai ravie de te répondre en commentaire !